Blog

Junker 87 Stuka

Les constructeurs d'avions-Junker  87 Stuka

Le fer de lance de la Wehrmacht:

C'est en étroite collaboration avec la Wehrmacht  et l'armée blindée que le Stuka  fit ses preuves durant la campagne de France et en particulier pendant la bataille de Sedan. Sans lui la « Guerre éclair » n'aurait pas eu lieu. Les pilotes de Stuka ayant tiré les leçons des campagnes de Pologne et de  Norvège pour mettre au point toutes les tactiques de combat du bombardement en piqué. Il écrasa toutes les poches de résistance, vaporisa ponts et chars et coula bon nombre de navires.

 

stuka

A Dunkerque il s'illustra en coulant un grand nombre de bateaux Anglais, mais il dû subir de lourdes pertes face à l'aviation. Faiblement armé, et d'une lenteur déconcertante, il fut une cible de choix pour la DCA. Pourtant relativement solide il possédait quelques atouts comme sa précision de bombardement et sa vitesse lente qui lui permettait à très basse altitude de tirer par l'arrière ou de se faire dépasser par un chasseur pour l'abattre ensuite. En août 1940, au moment de la bataille d'Angleterre, il fut retiré des premières lignes ,les pertes devenant trop importantes et l'emploi en collaboration avec les troupes au sol obsolète au travers de la Manche. Il fut transféré par la suite sur le Front de l'Est et à l'Afrika Corps ou il servit d'appui au troupes et fit merveille dans la destruction des chars . Sa production s’arrêta fin 1944.

ju

 préparation au raid en Ardennes en mai 1940 (Bundesarchiv).

Montage d'une bombe de 500 Kg (Bundesarchiv).

C'est à l'automne 1935 qu'il effectua son premier vol. Muni d'une dérive double, d'une aile en W et d'un moteur Krestrel Rolls Royce de 640 Ch et à cause d'une médiocre stabilité en vol, il s'écrasa par suite de l'impossibilité de le contrôler en lacet.

Le premier protype V1.

Au court de la Guerre Civile Espagnole, trois d'entre eux furent secrètement essayé en permutant systématiquement les pilotes pour évaluation  précise en condition de guerre. C'est avec un nouveau moteur , le Jumo 211  de 1200 Ch qu'apparut le type B ou  «Berta » qui pouvait emporter une bombe de 1000 Kg et indifféremment une charge de 450 Kg sous les ailes.

Stuka en Espagne.

Le Stuka devint le fer de lance de l'armée blindée Allemande, qui écrasait  en 1940 l'artillerie et les chars de De Gaule, et qui permit aux Panzer de se diriger vers Calais.

Quant à la sirène ou « Trompettes de Jéricho » elles n'auraient jamais existé, ou si elles existaient elles alertaient le pilote concentré sur la phase de bombardement sur la vitesse de piqué par un contrôle auditif  ( En référence au témoignage de Hans-Ulrich Rudel, célèbre pilote de Stuka). Elles ont été progressivement abandonnées car elle signalaient facilement l'apparition du bombardement en piqué et faisait fuir les troupes ennemies.

Les études d’opinions menées par les Alliés sur 300 soldats blessés en Afrique du Nord montre que le Junker Stuka était l'arme qui  frappaient plus les esprits des hommes qu'il ne détruisaient de cibles. (Source Aéro Journal)

Pour la petite histoire :

La France possédait à l'époque le même type de bombardier,  apparut un an avant le Junker 87 (probablement copié) sous la forme d'un Loire Nieuport LN 40. Construit à une centaine d'exemplaires, et refusé par l'Armée de l'Air, le Général Wuillemin  Conseil Supérieur de l'Air ne jugea pas utile l'emploi de ces avions.

Le Général Wuillemin  passe en revue les ME 109 peu avant 1939 (Budesarchiv)

Sa gestion de l'armée de l'air pendant la seconde guerre mondiale a été fort critiquée (Mémoires de Maurice Gamelin). En effet, la stratégie du couple char-avion, qui permettait la rupture du front, n'était pas considérée par l'Etat-major et le général Vuillemin ne décida pas de concentrer les forces aériennes aux points de rupture : à Sedan, d'abord, entre les 10 et 17 mai 1940, puis sur la Somme, à partir du 5 juin. On sait maintenant ce qu'il advint de l'Armée Britannique et Française par la suite.

Une étrange ressemblance !

 

L'avion construit fut versé ensuite dans l'Aéro Navale pour servir sur le porte avion Béarn. Il était équipé d'un train rentrant , d'une crosse d'appontage, et avait les ailes repliables. Des versions dérivées ont tentés d'enrayer l'avance Allemande  tardivement et au péril de la vie des pilotes en attaquant les cibles au sol , mais beaucoup d'entre eux  furent détruits par la DCA ennemie, la vitesse de l'appareil étant encore plus lente que celle du Stuka.
J'invite le lecteur à parcourir l'excellent article sur l'emploi du LN 40 en 1940. http://aviadrix.blogspot.fr/2014/03/les-chasseurs-bombardiers-en-pique.html.

La construction de la maquette.

Le cahier des charges:

Comme d'habitude, les matériaux employés seront de récupération et la fabrication se fera à moindre coût. Compte tenu de la position dans laquelle on devrait l'exposer , la maquette sera la plus légère possible et équipée de dispositifs de suspensions.

La construction:

L'ensemble des pièces sont découpées dans du polystyrène haute densité de récupération suivant un gabarit préalablement tracé aux mesures de l'appareil.

La coupe se fait au fil chaud pour une meilleur finition.

Des tranches épaisses sont coupées.

Une multitude de composants sont collés pour façonner les tronçons fuselage qui sont parfois en quatre parties.

Assemblage de quatre parties du fuselage.

L'assemblage est fait à partir de colle blanche, puis recouvert de toile de verre aux endroits critiques.

Assemblage de plusieurs parties de fuselage.

 

Les clefs d'ailes confectionnées dans du hêtre, donnent le dièdre du modèle et contribuent à la solidité de l'ensemble.

Les clefs d'ailes positionnées provisoirement. Une âme en bois traverse de part en part le fuselage pour plus de rigidité ;

La construction des ailes est de même facture.

Le seul soucis étant la place.

L'aile pré montée.

Le fuselage assemblé, est presque terminé.

Le fuselage pré monté avant entoilage.

Le recouvrement du fuselage et des ailes est en papier d'emballage très fin. Il participe aussi à la robustesse de l'avion.

 

 

Collage du recouvrement à la colle à papier peint.

L'hélice est factice et le cône en polystyrène coupé au fil chaud.

 

Il reste la verrière à confectionner.

 Certains façonnages sont fait à la main.

Confection des caches roues et des roues.

 

 

L'ensemble est peint en plusieurs couches d'apprêt, suivit de la peinture de finition à l'eau.

Mise en apprêt.

L'appareil peint en deux tons conformes aux documents.

La finition et la présentation au Musée:

Le Stuka terminé.

 

Toutes les étapes de la construction sur :

http://faucheurs.forumactif.com/t931p75-construction-du-junker-87-stuka-type-b-pour-le-musee

La présentation:

L'installation au Musée en photos montage.

Le transport n'a pas été chose facile, même dans un véhicule approprié , La longueur du fuselage et des ailes dépassaient de beaucoup les capacité du véhicule.Un calage soigné des diverses pièces à permit de livrer l'appareil sans dommages.

Une partie des auteurs à a pose photo en compagnie du Président des Amis du Musée.

L'équipe de montage.

L'équipe de levage.

La pose de l'hélice.

L e Stuka est présenté !

480 heures de travail au minimum à 2 personnes, pour en arriver là, même si un petit défaut de dièdre est apparut dans le montage, il est quand même beau notre Stuka !

 













 

 

 

 

 

Commentaires ( 0 )

Laissez un commentaire